• Pauline Dreux-Palassy

Les Chemins Résilients


J’ai fait un rêve, un rêve qui me porte ! Il me porte depuis longtemps même si je l’ai laissé s’enfouir au plus profond de moi pendant de nombreuses années. Même s’il s'est exprimé inconsciemment dans certains de mes actes, de mes projets, subrepticement, sans que je m’en aperçoive ! Mais, depuis un peu plus de deux ans, le voilà qui affleure à la surface, revient à ma conscience. Il reprend vie petit à petit, chemin faisant. Il prend forme, plusieurs formes.


Ce rêve, je l’appelle “Les Chemins Résilients”.


Il est ici question de lieux ou d’espaces. De lieux intérieurs, de lieux concrets, de lieux collectifs, d’espaces de pensées, de réinventions, d’expérimentations, d’échanges, de partages, de lieux ressources : tout un ensemble de lieux qui permettent de semer la résilience, qui favorisent les transformations dont notre monde à besoin.


Mon rêve est d’offrir certains de ces lieux à qui voudra les utiliser et venir semer avec moi.


J’ai une croyance aujourd’hui, elle m’oriente, me donne des intentions. Je crois, en effet, que résilience intérieure et résilience collective sont étroitement imbriquées l’une en l’autre. Quand j’emploi le mot “collective”, j’inclus l’ensemble des vivants et des composants du vivant, pas seulement les humains. C’est en pensant et explorant cette articulation que je conçois et essaye d’ouvrir des espaces, qui j’espère, aideront à disperser ça et là des graines de résilience.


Pois de cœur

J’ouvre des espaces, à travers les accompagnements, les formations, les ateliers et les interventions que je propose, pour inviter les individus à enrichir leur connexion à eux mêmes pour mieux se relier aux autres, à leurs projets, à leurs rêves et se mettre en mouvement.


J’essaie là où je contribue, d’apporter cette attention à l’autre, à son espace intérieur pour entrer en relation de façon profonde et attentive. Je prends soin, autant que je le peux, de mon propre espace intérieur pour éviter de m’oublier dans les liens à l’autre ou de me perdre dans l’action.


J’espère ouvrir, bientôt, un espace d’échange au travers d’entretiens avec des personnes qui m’inspirent, me font grandir. Explorer avec eux la question de l’articulation entre leur résilience intérieure et leurs engagements dans des actions qui sèment la résilience. J'appellerai bien ça "Les semeurs de résilience".


Un lieu dans la matière

J’ai également l’envie de trouver un endroit bien concret où pourra s’incrémenter cette exploration des diverses formes que peuvent prendre les graines de résilience. Un lieu où on cultive, où on sème et fait germer ces graines, qu’elles soient intérieures, collectives, techniques, agricoles, locales, oniriques, artistiques, terriennes, …, peu importe, nous avons besoin de biodiversité !


Ce lieu sera au vert, assez loin d’une grande ville. Je l’espère beau, ressourçant et plein de potentiel pour accueillir des projets et des gens très divers. Je l’ai peut-être déjà trouvé. Il est venu à moi il y a quelque mois, comme par magie. Tout n’est pas encore certain pour l’instant, je vous tiendrai au courant ! On va voir si l’univers me confie cet endroit. A suivre ...


Et vous ? Que rêvez-vous de semer ?



1 commentaire